Ces Chrétiens qu’on assassine

Publié dans Lavanguardia en janvier 2011 Par Tahar Ben Jelloun

29.01.2011
 

Chaque fois que Al Qaïda perpètre un attentat dans le monde, elle commet un crime contre l’Islam, un crime contre l’humanité. Depuis octobre, cette organisation a décidé de s’attaquer à des citoyens arabes, dans des pays arabes mais dont la religion n’est pas l’islam. Que ce soit les Chrétiens d’Irak, qui étaient au nombre d’un million en 1980 et qui ne sont aujourd’hui que 636 000 (2% de la population) ou les Coptes d’Egypte qui représentent 10% de la population totale, ils sont devenus, comme cela a été déclaré dans un communiqué d’Al Qaïda « des cibles légitimes », des hommes et des femmes dont le sang est licite pour être versé. Ainsi, la guerre contre l’islam et les musulmans est menée par cette organisation dont ne connaît ni le chef exécutif, ni le lieu, ni l’objectif final.

Tuer des Chrétiens qui prient, comme cela s’est passé le 6 novembre dans la cathédrale syriaque catholique Notre Dame en Irak, (58 morts et 67 blessés), faire exploser une voiture piégée devant une église copte à Alexandrie la nuit de la Saint-Sylvestre (21 morts et une centaine de blessés), ne peut avoir qu’un but : celui d’enclencher une guerre civile entre des civils chrétiens et musulmans comme cela s’était passé au Liban à partir de 1975. Tout ce qui peut déchirer, créer des problèmes et faire verser le sang de la population arabe, est recherché par la stratégie d’Al Qaïda. En fait, cette organisation criminelle est d’abord partie en guerre contre l’Occident, ensuite c’est dans les pays musulmans qu’elle a commis le plus de massacres.

Des experts du monde entier essayent de déceler derrière cette stratégie meurtrière les objectifs les plus secrets. Mais on ne trouve rien de précis, de vérifiables. Tout ce qu’on sait c’est qu’elle n’agit pas par hasard, que ses crimes sont ciblés, bien préparés et qu’elle est active dans beaucoup de pays. On sait que des Etats comme le Pakistan, l’Iran et l’Afghanistan ont une complicité objective avec Al Qaïda. Mais cela reste difficile à prouver.

Le terrorisme qui brandit le drapeau musulman est une entreprise qui vise à faire de tout musulman dans le monde un « terroriste en puissance ». Le passeport arabe, le nom musulman, le visage oriental, sont tout de suite suspectés dans les aéroports. Même quand on voyage avec un passeport de l’Union européenne et qu’on porte un nom arabe, on est regardé avec suspicion. Cela m’arrive assez souvent dans mes voyages pour en témoigner. Mais j’ai pris l’habitude et je ne me vexe plus. En revanche, chaque fois je maudis les criminels d’Al Qaida qui ont définitivement sali la réputation du monde islamique, l’ont rendu synonyme d’intolérance et de violence.

L’islam, non seulement reconnaît et respecte les autres religions monothéistes, mais ordonne aux musulmans de reconnaître, et célébrer les prophètes qui ont précédé Mahomet. Ainsi, il est du devoir de chaque musulman de respecter Abraham, Moïse et Jésus au même titre que Mahomet, désigné par Dieu comme le dernier des prophètes, celui qui clôt le cycle de la prophétie. Même si au début de l’expansion de l’islam, Mahomet a dû faire la guerre aux juifs et aux chrétiens. Mais c’était un autre contexte lié à l’histoire d’une époque où l’islam n’était pas ce qu’il est devenu aujourd’hui.

Ceux qui aujourd’hui s’attaquent à des innocents en train de prier, trahissent l’ordre coranique et participent à la falsification du message de Dieu. Mais qui sont ces « barbares » comme Benoît XVI les a nommés ? Qui les finance ? Qui les protège ? Qui planifie leurs crimes ?

Curieusement, même si Saddam était un tyran sanguinaire, il ne s’était jamais attaqué aux Chrétiens vivant dans son pays. On sait qu’un nombre important de juifs a vécu en paix dans le monde arabe, du moins jusqu’en 1967, au moment de la guerre de juin entre Israël et les pays arabes. Mais, bien avant, dès 1948, Alexandrie, comme Damas, comme Bagdad se sont vidés de leurs juifs. Ils sont tous partis soit en Israël soit ailleurs dans le monde. Ces pays se sont appauvris du fait que la communauté se soit exilée.

C’est apparemment ce que recherche Al Qaïda pour ce qui est des Chrétiens. Déjà des centaines de Chrétiens irakiens ont demandé l’exil dans plusieurs pays d’Europe.

L’exil c’est une blessure, une déchirure cruelle dans la vie des familles qui vivaient en paix et qui, pour sauver leur peau, sont obligés de quitter leur terre natale, leur vie, leurs maisons.

Il est de plus en plus difficile d’être musulman aujourd’hui. Il y a la honte et la colère, l’impuissance et la rage. Que faire ? C’est aux Etats arabes de prendre conscience du mal infini que cette organisation fait subir au monde arabo-musulman. Il faut réagir, il faut unir tous les efforts et déclarer une guerre à ceux qui détournent l’islam et commettent des crimes atroces en son nom.

Il revient pour le moment au gouvernement de Bagdad et à celui du Caire de protéger ses citoyens de confessions non musulmanes. S’ils ne réagissent pas avec vigueur, c’est tout l’avenir du monde arabe qui est confisqué  par l’intolérance et la brutalité meurtrière.