Tahar Ben Jelloun rencontre son public à Shanghai

Jeudi 19 mars 2015, l’écrivain francophone d’origine marocaine, Tahar Ben Jelloun, a échangé avec un public nombreux, chinois et étranger, au musée Aurora à Pudong.

2015
 

Son écriture
Héritier d’une tradition orale, Tahar Ben Jelloun a grandi dans une société marocaine où la présence des conteurs sur la place publique l’a très tôt sensibilisé aux mots et aux histoires. Les contes occidentaux l’ont aussi inspiré puisqu’il a récemment retravaillé les contes de Perrault en les installant dans un contexte arabe et musulman. Un dialogue riche entre Tahar Ben Jelloun et Muriel Walker a permis à l’écrivain de préciser son rapport à l’écriture qu’il veut accessible au plus grand nombre et qui n’a pas pour intention de transmettre un message autre que ses propres valeurs de droit, de justice, d’humanité. Il a ainsi souligné le danger d’une littérature engagée. Son travail à lui se veut pédagogique. L’écrivain est d’ailleurs souvent au contact de jeunes enfants lors de rencontres organisées dans des écoles marocaines par exemple.

 

 

Premier voyage en Chine
Le contact avec les jeunes et le public en général est d’autant plus important pour cet auteur qui considère le voyage et les rencontres essentielles à la création littéraire. Que retient-il de ce 1er voyage en Chine ? L’intense activité de construction, mais aussi la zénitude des voyageurs chinois face au retard des transports aériens.

Venus nombreux, enfants et parents, élèves et professeurs, les fans de l’auteur ont pu faire dédicacer leurs livres par cet auteur qui cache d’autres talents artistiques, puisque depuis quelques années, Tahar Ben Jelloun s’adonne à la peinture.