Les déconvenues de la notoriété

1992

1992: " L'ange aveugle " ; nouvelles ; Seuil ; ce livre rassemble des nouvelles publiées par le quotidien de Naples Il Mattino qui m'avait demandé de voyager en Sicile pour écrire des textes de fiction à partir des méfaits de la Camorra et de la Mafia.

1994

1994: " L'homme rompu " roman ; Seuil ; roman qui m'a été inspiré par la lecture de " Corruption " de l'écrivain indonésien Pram. Pour reconnaître ce que je lui dois, je lui propose de la faire bénéficier d'une partie des droits de cet ouvrage. Il m'écrit une belle lettre pour me remercier.


1994: " La soudure fraternelle " ; récit sur l'amitié.

1995

1995: " Poésie complète " ; Le Seuil a rassemblé l'ensemble de mes livres de poésie en un seul volume.
1995: " le premier amour est toujours le dernier " ; nouvelles ; Seuil.

1996

1996: Les Raisins de la Galère (ajouter : publié aux Editions Fayard); roman ; c'est mon ami Eric Orsenna qui m'a demandé d'écrire un court texte pour les adolescents dans sa collection " Libre ".

1997

1997: " La nuit de l'erreur " ; roman ; Seuil ; j'ai mis plus de quatre ans à écrire ce livre et j'ai dû le réécrire trois fois.

1998

1998: " le racisme expliqué à ma fille " ; essai ; Seuil ; ce livre est né des questions que me posait ma fille Mérième. Je ne pensais pas le publier. Traduit en une trentaine de langues dont l’Esperanto

1999

1999: " l'auberge des pauvres " ; roman ; Seuil ; roman sur l'Italie et les ravages de la passion ; c'est en visitant Naples que j'ai découvert le bâtiment l'albergo di poveri ; j'ai imaginé une histoire dans ses sous-sols. Pironti, un ancien boxeur qui fait de l'édition, s'empare de l'édition française, la fait traduire et la publie sans contrat. Le livre paraît quelques mois plus tard chez mon éditeur Einaudi. Procès pour piraterie ; je suis poursuivi par Pironti pour diffamation parce que je l'ai traité de " voleur et de pirate ".
Rupture avec mon ami et traducteur Egi Voletrrani qui a joué un double jeu dans cette affaire et qui est responsable de mes problèmes avec Pironti.

à propos du piratage de « l’Auberge des pauvres » ajouter : « Je m’en tire en versant la somme de 30 000 Euros comme dédommagement de Pironti, qui avait porté plainte pour diffamation ! Cette affaire de vol déclaré, de piratage constaté, m’a fait découvrir les incohérences et les surprises de la justice italienne. J’en garde un souvenir douloureux.

2000

2000: Cette aveuglante absence de lumière » Roman écrit sur le calvaire des soldats qui avaient fait le coup d’Etat contre Hassan II en 1971 ; calvaire dans la prison de Tazmamart. Sur la demande d’un survivant j’avais accepté de l’écouter et d’écrire un roman où il n’apparaît pas. Ce que je fis. Je l’ai associé comme co-auteur et a touché le même avaloir que moi. Le jour de la sortie du livre, il a écrit une lettre publiée dans un journal marocain « Libération » où il nie m’avoir demandé d’écrire ce livre. Là aussi je découvre les arcanes sombres et incompréhensibles de l’âme humaine. La presse s’en empara et une polémique éclata dans les journaux français, relayés ensuite par la presse internationale. Je passais ainsi pour un « usurpateur », un « écrivain parisien qui exploite le calvaire d’un prisonnier », un « voleur de mémoire » etc.… Ce fut une période où à mon tour j’ai connu un autre genre de calvaire. Mais le roman fut salué par la critique et obtint en 2005 le Prix International IMPAC, décerné par un jury composé de grands écrivains du monde anglo-saxon, qui se base sur une sélection de romans écrits en anglais ou traduit dans cette langue faite par 136 bibliothèques dans le monde.