Jean Genet, menteur sublime.

Gallimard

2013
 

Récit de douze années de rencontres entre Genet et moi ; En 1974, Genet n’a plus grand-chose en commun avec l’écrivain-voleur-provocateur-mythique, saint et martyr. Il est devenu un citoyen obsédé par la cause palestinienne, dernière cause de son long combat pour la justice et la dignité des peuples sans patrie.
Ce récit est une évocation très personnelle de cet homme qui ne tolérait pas qu’on lui parle de son œuvre littéraire.