Les assassins de la modernité

Par Tahar Ben Jelloun

10.12.2015
 

Dans le communiqué de revendication des massacres du vendredi 13 novembre à Paris, il est question de la sourate 59, verset 2 et de la sourate 63, verset 8.

La sourate 59, « Le rassemblement » parle des « négateurs » qui « s’imaginaient qu’ils seraient protégés contre Dieu par leurs forteresses. Mais Dieu les atteignit par où ils s’attendaient le moins. »

L’autre sourate évoque « les hypocrites »  qui ignorent la puissance de Dieu.

Le fait de citer ces versets est une tentative de donner un semblant de justification de crimes qui sont par ailleurs fermement condamnés par l’islam. Le Conseil supérieur des oulémas du Maroc (théologiens) vient de publier une fatwa condamnant le massacre de vendredi et pour préciser le sens du djihad, qui est un « effort sur soi par l’éducation, le savoir et la responsabilité », ce qui n’a rien à voir avec le terrorisme. Ce Conseil cite un verset plus explicite : « Celui qui tuerait un homme non coupable d’un meurtre ou un délit sur la terre, c’est comme s’il avait tué tous les hommes ».  La fatwa marocaine distingue sans aucune ambiguïté le djihad du terrorisme. Le rite malékite que suit le Maroc est le rite de la modération qui s’adapte à la vie moderne. Avant l’irruption de l’intégrisme islamiste, l’islam se vivait paisiblement. A partir du moment où l’islam a été un levier politique, tout a changé. Cependant même si on peut faire dire ce qu’on veut à des textes écrits il y a plus de quatorze siècles, des versets révélés dans un temps et des circonstances précis, aucun verset dans le Coran ne peut ni justifier ni excuser les massacres perpétrés méthodiquement l’autre soir à Paris.

 Il est temps que les autres autorités religieuses musulmanes dans le monde, s’élèvent contre l’utilisation abusive de certains versets. L’islam ne peut en aucun cas servir d’alibi pour commettre des crimes odieux. Cela, on a beau le dire et le répéter, c’est cette religion qui est aujourd’hui perçue comme « une idéologie de la terreur ». Il y a certes plusieurs interprétations des textes. L’islam wahhabite pratiqué dans certains pays du Golfe (charia, coups de fouet, tête tranchée au sabre publiquement, mains coupées des voleurs, femmes exclues de la vie normale et sans droits etc), est un islam anachronique et obscurantiste. C’est le référent majeur du « calife » sunnite auto proclamé, Al Baghdadi.

Ce rite rétrograde est en permanence en bute contre la modernité. C’est l’origine de l’interprétation littéraliste du Coran, une lecture caricaturale, sans imagination, sans symboles, sans intelligence. Il faut que les musulmans qui pratiquent un islam paisible dénoncent le wahabisme et réclament des Etats qui le considèrent comme leur constitution de l’abandonner s’ils veulent faire réellement partie du monde libre et civilisé et par ailleurs continuer à commercer avec les pays modernes, c’est-à-dire démocratiques, des Etats de droit où la femme est respectée, ayant les mêmes droits que l’homme, où l’on ne condamne pas un adolescent soupçonné de nourrir quelque opposition à être décapité sur la place publique ou un simple blogueur à recevoir mille coups de fouet. Il est temps que l’Europe mette les choses au point : on ne peut pas continuer à faire du commerce avec des Etats qui par ailleurs financent ou du moins encouragent les dérives islamistes. C’est aux citoyens musulmans de privilégier la liberté d’interprétation puisque comme le souligne le Coran « chacun est responsable de sa conscience ». L’émergence de l’individu dans le monde musulman serait le début de la modernité, c’est-à-dire droit et égalité des citoyens.

Rappelons enfin que parmi les centaines de victimes il y avait des jeunes gens de toutes confessions, de toutes les couleurs et de toutes les tendances politiques. C’est cette diversité, cette belle mixité, cette liberté de vivre, de danser et de rire ensemble que les terroristes ont voulu assassiner. Il est urgent que ceux qui maîtrisent les textes, ceux qui ont le savoir et l’intelligence prennent la parole et dénoncent avec force ces manipulations du Coran et de l’islam en général. Il faut savoir qu’enfin de compte ce sont les musulmans en Europe, ceux qui vivent et travaillent en paix pour nourrir leur famille qui payeront d’une façon ou d’une autre ce qui vient de se passer. Ils seront stigmatisés, ils seront considérés comme suspects, ils seront montrés du doigt, ils seront refoulés au guichet de demande d’emploi, ils seront systématiquement fouillés, humiliés par une police en colère, ils serviront de repoussoirs aux politiciens et on leur fera endosser la responsabilité de la progression de l’extrême droite raciste et fasciste.

Pour toutes ces raisons, le monde musulman, même divisé et divers, devrait pour une fois parler d’une seule voix, forte et déterminée et prendre les mesures qu’il faut pour détruire cette barbarie.